La questione etrusca nell'Italia fascista - Textes, Représentations, Archéologie, Autorité et Mémoires de l'Antiquité à la Renaissance - UR UPJV 4284 Accéder directement au contenu
Thèse Année : 2020

The Etruscan question in Fascist Italy

La question étrusque dans l'Italie fasciste

La questione etrusca nell'Italia fascista

Résumé

Both classicists and historians of Fascism have discussed at length how, in Fascist Italy, the nationalist myth of ancient Rome was used as a totalitarian ideology in order to legitimise racist and imperialist politics. Integrating their analysis with the history of political uses of Etruscan identity under Fascism can prove useful to enlighten the history of Italian nationalism and racism. In fact, the Etruscans were historically associated with a regional identity, and memorialised as enemies of Rome. Since the modern age, uncertainties about their ethnic origins and the interpretation of their language prompted an international debate between different racial theories. In Fascist Italy, the Etruscans were widely considered as autochthonous people, ethnically and culturally similar to the Italic and Roman people. They were also depicted as the direct racial forefathers of modern Italians and Tuscans. The regionalist, nationalist and racist enhancement of the Etruscan civilisation under Fascism clearly emerged in modern art, literature, and certainly from historiography, archaeology and anthropology. Nonetheless, as the Fascist regime aligned itself with Nazi Germany, the representation of the Etruscans as the ancestors of the Italian and Tuscan race had to face new racial theories. A complex debate between Italian and German racists concerned the Etruscans as a potentially alien body within the Italian race. After the fall of the Fascist regime and the end of the war, Italian scholars avoided to admit their political responsibilities, and pursued their nationalist approach
Les antiquisants et les historiens du fascisme ont étudié le mythe nationaliste de la romanité en tant qu'élément central du régime fasciste et de son idéologie impérialiste et raciste. On se sert ici de leur analyse pour faire l'histoire des utilisations politiques de l'identité étrusque sous le fascisme. Le cas des Étrusques, anciens ennemis de Rome et historiquement associés à une identité régionale, peut éclairer le fonctionnement du nationalisme et du racisme italien. Entre 19e et 20e siècles, les incertitudes sur les origines ethniques des Étrusques et sur l'interprétation de leur langue ont provoqué un débat entre théories raciales différentes. Dans l'Italie fasciste, en particulier, les Étrusques ont été généralement considérés comme un peuple autochtone, similaire aux Italiques et aux Romains, et ils ont été représentés comme les ancêtres ethniques des Italiens modernes et des Toscans. Cette valorisation régionaliste, nationaliste et raciste des Étrusques dans l'Italie fasciste est évidente dans l'art, la littérature, l'historiographie, l'archéologie et l'anthropologie. Cependant, alors que le régime italien s'aligna sur l'Allemagne nazie, cette représentation des Étrusques a dû se confronter avec des nouvelles théories raciales. Un débat complexe entre racistes italiens et allemands a fait des Étrusques un corps potentiellement étranger dans la race italienne. Après la fin du fascisme et de la guerre, cependant, les savants italiens ont réussi à éviter l'épuration et à poursuivre leurs études

Domaines

Histoire
Fichier principal
Vignette du fichier
TheseAvalli.pdf (4.07 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Version validée par le jury (STAR)

Dates et versions

tel-03632740 , version 1 (06-04-2022)

Identifiants

  • HAL Id : tel-03632740 , version 1

Citer

Andrea Avalli. La questione etrusca nell'Italia fascista. History. Université de Picardie Jules Verne; Università degli studi (Gênes, Italie), 2020. Italian. ⟨NNT : 2020AMIE0012⟩. ⟨tel-03632740⟩
137 Consultations
1138 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More