Écrire pour « venger sa race » ou de l’usage littéraire stratégique de la sociologie… - Université de Picardie Jules Verne Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2014

Writing to 'avenge one's race' or the strategic literary use of sociology...

Écrire pour « venger sa race » ou de l’usage littéraire stratégique de la sociologie…

Résumé

This article examines the blurring of the boundaries between literature and sociology in Annie Ernaux's autosociobiographical work. From the 'extimate' diary Journal du dehors (Gallimard, 1993; translation : Exteriors, Seven Stories Press, 1996) to the 'narrative-fusion' Les Années (Gallimard, 2008; translation, The Years, Seven Stories Press, 2017), the French woman writer aims to be an ethnologist of ordinary everyday life, traditionally obscured in literature. She has been constantly searching for the 'right' form for her narratives, where she is taking an objective look, informed by sociological readings, in particular the works of Pierre Bourdieu and Richard Hoggart, at her own trajectory of upward social migration and that of her social peers, but also, and more broadly, at the lives of her contemporaries. Her singular enunciative devices are carried by a minimalist style, deliberately stripped down, ostensibly sparing of literary means and effects, often described by literary critics as "flat" or "white" writing. Deepening this distinctive literary approach, it is, after that of "ethnotext", a new label in the form of an oxymoron, that of "collective" or "impersonal" autobiography" that Annie Ernaux proposes to qualify the specific narrative project of the story Les Années. Formally complex and innovative in its conception, this "narrative-fusion" mixing literature, sociology and history, appears literally "composite": it re-reconstructs in their socio-political context past events - not sublimated - of the daily life of the writer, but also and inseparably of a whole generation, especially of women. Annie Ernaux thus adopts a singular posture in the contemporary French literary field: her work, which nevertheless presents itself above all as "literary", is also sociologically educated and strongly marked by the double refusal (sociological and political) of the miserabilistic pitfall and the populist posture, pointed out by the sociologists Jean-Claude Passeron and Claude Grignon and which threaten, in literature as in sociology, any attempt to represent popular classes and cultures. Opposing the concern for "truth" to the autofiction movement to which she is still sometimes misunderstood, the writer, who sees literature as a "weapon of combat", initiates a renewed form of autosociobiography, the only one capable, according to her, of resisting social domination. By taking the work of Ernaux as a material to be sociologically objectified, and by relying on unpublished semi-directive interviews that the writer has granted me over the last twenty years, I have sought in this article to grasp the modalities and effects of this improbable positioning. Studying the inseparable literary, social and political stakes of her singular reflexive project, which is not devoid of ambivalence, it is also more broadly the outline of a sociology of the literary uses of sociological knowledge that I wanted to draw here.
Cet article interroge les enjeux du brouillage des frontières entre littérature et sociologie dans l’œuvre autosociobiographique d’Annie Ernaux. Du journal « extime » Journal du dehors (Gallimard, 1993) au « récit-fusion » Les Années (Gallimard, 2008), l’écrivaine se veut ethnologue de la vie quotidienne « d’en bas », traditionnellement occultée dans la littérature, en étant constamment en quête de la forme « juste ». Dans ses récits, elle porte un regard objectivant, nourri de lectures sociologiques, notamment des œuvres de Pierre Bourdieu et de Richard Hoggart, sur sa propre trajectoire de migration sociale ascendante et celle de ses semblables sociaux, mais aussi et plus largement sur la vie de ses contemporain-es, dans des dispositifs énonciatifs singuliers, portés par un style minimaliste, volontairement dépouillé, ostensiblement économe de moyens et d’effets littéraires, souvent qualifié par la critique littéraire d’écriture « plate » ou « blanche ». Approfondissant cette démarche littéraire distinctive, c’est, après celui d’« ethnotexte », un nouveau label en forme d’oxymoron, celui d’« autobiographie collective » ou « impersonnelle » qu’Annie Ernaux propose pour qualifier le projet narratif spécifique du récit Les Années. Formellement complexe et novateur dans sa conception, ce « récit-fusion » mêlant littérature, sociologie et histoire, apparaît littéralement « composite » : il réédifie dans leur contexte sociopolitique des événements passés – non sublimés – de la vie quotidienne de l’écrivaine, mais aussi et indissociablement de toute une génération, en particulier de femmes. Annie Ernaux adopte ainsi une posture singulière dans le champ littéraire français contemporain : son œuvre, qui se présente pourtant avant tout comme « littéraire », étant aussi sociologiquement instruite et fortement marquée par le double refus (sociologique et politique) de l’écueil misérabiliste comme de la posture populiste, pointés par les sociologues Jean-Claude Passeron et Claude Grignon et qui guettent, en littérature comme en sociologie, toute tentative de représentation du « populaire ». Opposant le souci de la « vérité » au mouvement de l’autofiction auquel des contresens la rattachent encore parfois, l’écrivaine, qui conçoit la littérature comme une « arme de combat », initie dès lors une forme renouvelée d’autosociobiographie, seule apte, selon elle, à permettre de résister à la domination sociale. En prenant l’œuvre ernausienne comme un matériau à objectiver sociologiquement, en s’appuyant aussi sur des entretiens semi-directifs inédits que l’écrivaine m’a accordés depuis une vingtaine d’années, j’ai cherché dans cet article à saisir les modalités et les effets de ce positionnement improbable. Prenant appui sur le double je(u) spéculaire et stratégique de l’écrivaine, étudiant les enjeux indissociablement littéraires, sociaux et politiques de son projet réflexif singulier, non dénué d’ambivalences, c’est aussi plus largement l’esquisse d’une sociologie des usages littéraires de la connaissance sociologique que j’ai souhaité dessiner ici.
Fichier principal
Vignette du fichier
Littérature et sociologie IC version auteur.pdf (585.51 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-03688521 , version 1 (04-06-2022)

Licence

Identifiants

  • HAL Id : hal-03688521 , version 1

Citer

Isabelle Charpentier. Écrire pour « venger sa race » ou de l’usage littéraire stratégique de la sociologie… : Le renouvellement de l’écriture autosociobiographique d’Annie Ernaux de Journal du dehors (1993) au « récit-fusion » Les Années (2008). Labari Brahim. Ce que la sociologie fait de la littérature et vice-versa, Publibook ; Colloques et Revues édition, pp.127-150, 2014, 9782342023978. ⟨hal-03688521⟩
59 Consultations
155 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More