Soumissions chimiques : état des lieux amiénois en 2022 - Université de Picardie Jules Verne Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Toxicologie Analytique et Clinique Année : 2023

Soumissions chimiques : état des lieux amiénois en 2022

Résumé

Objectifs Devant l’augmentation des demandes de prise en charge de soumissions chimiques, nous avons cherché à en déterminer les caractéristiques tant sur le plan des victimes, des agresseurs et des consommations de substances. Méthode Nous avons analysé les demandes d’analyses toxicologiques transmises en 2022 au laboratoire dans un contexte hospitalier de soumission chimique, caractérisés au CHU par un formulaire spécifique associé aux prélèvements, ou demandées sur réquisitions. Les analyses toxicologiques ont inclus classiquement le dosage de l’éthanol, des stupéfiants, un criblage large, le dosage de GHB et une recherche spécifique de médicaments altérant la vigilance par méthodes de références CPG-IDF/HPLC-MS/MS sur le sang et les urines. Résultats Au total, 99 cas ont été retenus, avec un pic de dossiers en avril et en début d’été. Nous retrouvons autant de cas hospitaliers que de cas judiciarisés. Les victimes sont principalement des femmes (91 % des cas), jeunes (71 % ont entre 15 et 25 ans et 9 % ont moins de 15 ans). Dix pour cent des victimes ont déclaré prendre 1 traitement psychotrope. Dans 54 % des cas, les victimes déclarent avoir présenté une amnésie totale ou partielle des faits. L’infraction la plus souvent identifiée est à caractère sexuel avec agression ou suspicion d’agression sexuelle (51,5 % des situations) ; 15 % des victimes rapportent une piqûre ou suspicion (5 cas objectivés). Les faits ont eu lieu en soirée ou en cours de la nuit (97 %) et sont identifiés à la fois en semaine ou en fin de semaine (56 % des agressions). Les agresseurs ont été identifiés dans un peu moins de la moitié des cas, il s’agit principalement d’hommes (98 %) qui agissent seuls. Les agresseurs identifiés sont connus de la victime dans les ¾ des cas. Concernant les analyses biologiques, 85 % des victimes ont pu bénéficier d’analyses réalisées à la fois sur le sang et les urines. Dans certains cas, en fonction du contexte (délai tardif), des matrices alternatives (cheveux, ongles), ont été prélevées (11 %). Le délai entre les faits présumés et les prélèvements est renseigné dans 89 % ; il est en moyenne de 26 h ; dans 48 % des cas, les prélèvements sont effectués dans les 12 h, délai pendant lequel il est encore possible de retrouver les molécules à Temps ½ vies courtes. Dans 34 % des cas, l’analyse toxicologique ne met en évidence aucune substance, conséquence soit de la prise d’aucune substance ou d’une élimination complète des produits consommés ou administrés du fait d’un délai encore trop long. Dans près de la moitié des cas, de l’alcool est retrouvé dans le sang et ou les urines de victimes : seul dans 29 % des cas ; associé à des substances dans 15 % des cas. 41 % des victimes déclarent avoir consommé de l’alcool, ce que l’on e retrouve chez 44,5 %, il y a donc une légère sous-notification. Ce phénomène s’accentue quand on analyse la prise de stupéfiants : 11 % de victimes signalent en avoir pris contre 22 % retrouvés avec parfois des poly-consommations. Ces cas s’apparentent à des situations de vulnérabilité chimique. Parmi les psychotropes retrouvés, les benzodiazépines et les antihistaminiques sédatifs sont identifiées respectivement dans 53 % et 21 % des cas ; ils appartiennent au traitement médicamenteux des victimes dans 1/3 des cas. Concernant les stupéfiants, le cannabis a été retrouvé 17 fois, la cocaïne dans 6 dossiers, la kétamine dans 2 cas et le GHB une fois possiblement dans un contexte de chemsex. Conclusion La caractérisation de ces nombreuses situations d’auto-vulnérabilité chimique (alcoolisation massive, consommation de stupéfiants, prescription de psychotropes) rencontrées dans la région en 2022 a favorisé la communication entre les différents acteurs de la vie nocturne et a permis de renforcer les messages de prévention auprès des publics concernés.

Domaines

Toxicologie
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-04105194 , version 1 (24-05-2023)

Identifiants

Citer

Anne-Sophie Lemaire-Hurtel, Céline Cuvelier, Touria Mernissi, Camille Andre, Youssef Bennis, et al.. Soumissions chimiques : état des lieux amiénois en 2022. Toxicologie Analytique et Clinique, 2023, 35 (2), pp.S53. ⟨10.1016/j.toxac.2023.03.078⟩. ⟨hal-04105194⟩

Collections

U-PICARDIE MP3CV
6 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More